Ecouter cette page
 
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Autoritarisme d'un maire / démocratie municipale Conseil du 23 septembre 2019  (Lu 543 fois) Envoyer par Email Ajouter aux favoris / Partager
Alain Gruenais
Membre
**
Hors ligne Hors ligne


« le: 25 Septembre 2019 à 19:03 »
RépondreRépondre

Le quotidien régional présente ce jour, en page locale Ifs, le long débat sur le 'maintien ou non d'un maire-adjoint dans ses fonctions après le retrait de sa délégation par le maire" en juillet.. Bel exemple de pratique parano  que d'exclure un ami désigné par un voisin comme ayant rencontré un opposant.!
Le vote à bulletin secret (4 élus de la liste majoritaire absents) a été aussi étonnant que les échanges,
   15 pour le maintien dans la fonction.
                 Si les 6 élus Gauche Citoyenne et les 4 élus Gauche Unie ont voté pour,
                 ce sont.5 élus de la liste du maire qui l'ont désavoué !
   12 contre
     1 blanc et 1 abstention
Le vote de 7 de ses élus  témoigne, pour le moins, d'une crise de confiance au sein de la liste majoritaire !

Nous échappons ainsi à une reprise d'une tradition dommageable.
En 1992, le maire Jean Moulin retirait à André Talpied (maire de 1971à 1977) la délégation à l'urbanisme.
En 2002, le maire Raymond Slama retirait à Danièle Tasset la délégation à la culture, puis en 2006, la délégation aux finances de Jacques Legardinier (maire de 1983 à 1989).

Souhaitons que, dans cette campagne électorale qui démarre fort, vigilance, transparence et honneteté facilitent le choix !

« Dernière édition: 25 Septembre 2019 à 21:46 par Alain Gruenais » Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #1 le: 01 Octobre 2019 à 11:26 »
RépondreRépondre

                                      Etre mis à l'écart alors que l'on pense ne pas avoir démérité est pénible.!!
                 La mandature de la liste "des trois maires" a commencé dans la confiance. Trois d'entre nous se souvenaient de la camaraderie vécue de 1971 à 1977 lors du redressement de la commune.
                  Pendant trois ans je me suis beaucoup investi dans des dossiers importants (boulevard périphérique, quartier de l'Europe,SDAU et  révision du Plan d'Occupation des Sols, quartiers Sud-Est et du Hoguet,, intercommunalité, surveillance de la qualité de l'air...).J'ai toujours rendu compte au maire et au conseil municipal.
                   Dessaisi de toutes charges et fonction quand le maire s'est réservé l'urbanisme et les affaires économiques, j'ai vécu cette mise à l'écart comme une profonde désillusion, partagée par ma famille.
                   Quelles furent les causes de ce gâchis?
                                   - le désir/besoin de montrer, en permanence que l'on est "le premier de cordée"?
                                   - le "mal vécu" de l'ombre portée (involontairement) par mon chapeau?
                                   - l'influence d'un proche prompt à sanctionner toute velléité d'expression personnelle?
                                   - ma naïveté politique?
                                   - la passivité d'une partie du conseil municipal?

Parler de soi est difficile mais j'espère que ce témoignage contribuera aux réflexions de futurs colistiers quand ils s'engageront sur une charte et élaboreront les modalités de leur gestion.
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

SimplePortal Classic 2.0.5