Ecouter cette page
 
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Enquête publique révision du PLU d'Ifs Observations de N. Le Maulf et A.Gruénais  (Lu 320 fois) Envoyer par Email Ajouter aux favoris / Partager
Alain Gruenais
Membre
**
Hors ligne Hors ligne


« le: 18 Juin 2019 à 08:33 »
RépondreRépondre

1*  "Entre Europe et Canada", la suppression de l’emplacement réservé à un équipement collectif (au Nord ouest de la rue du régiment de Maisonneuves) est un choix pénalisant pour l'avenir de la commune. La Ville possède peu de terrains et, par cette révision, elle se prive du peu de réserve dont elle dispose. Ce terrain relie 2 quartiers peuplés, où l'habitat social a une place, à la différence du transfert envisagé( près du veto rue de Rocquancourt) qui reste en bordure excentrée du quartier du Canada.  L'éloignement ainsi prévu  d'un équipement utile collectivement  empêchera que se créent des liens, à la fois entre habitants de quartiers différents, et entre habitants et la collectivité. Cependant que la densité démographique augmentera dans ce secteur.

2 * Modification des articles 13 des zones UA, UB,UC et UX : la nouvelle règle définissant la part exigée d'espaces non imperméabilisés dans les unités foncières change de référence.
La base n'est plus les « espaces libres », elle devient « la superficie de l'unité foncière ».
Ce qui n'est pas dit, c'est quel est l'intérêt du passage de 30%, voire 50 %, des espaces libres  à 20% de la superficie de l'unité. Les aires de stationnement et terrasses étant prises en compte dans ce %, ce quota ne concerne pas que les espaces verts, qui risquent d'être vraiment le parent pauvre !L'article 1AU13 qui, pour la zone AU SUD, applique la limitation du quota à 10 % de la superficie, donne à penser que cette révision réduira la part des espaces verts dans les nouvelles opérations immobilières.
Si tel est le cas, cette hypothèse est contradictoire avec la prescription du SCoT."Le P.A.D.D. a identifié la présence de la nature en ville comme l’un des éléments constitutif du concept « d’hospitalité urbaine » en participant pleinement à la qualité de vie en ville. Ces espaces accueillent des espèces animales et végétales qui contribuent à maintenir, au sein même des espaces urbanisés, une biodiversité proprement urbaine et qu’il convient de préserver. Il conviendra d’assurer des continuités entre les parcs et jardins existant ou à créer. C’est pourquoi le SCoT entend promouvoir la préservation et le développement des ensembles naturels mais également leur mise en réseau au sein des espaces urbanisés.(Extrait du SCOT,  DOG p 18). 
Certes, la commune d’Ifs est située en dehors de secteurs de protection, d’inventaires de biodiversité ou de corridors écologiques, de réservoirs de biodiversité. L'aggravation de la crise de la biodiversité mérite cependant des efforts dans l'ensemble des territoires, y compris ceux des centres urbains, ne serait-ce que pour un mieux-être  quotidien de leurs habitants.

3 * Pour préserver la biodiversité, et afin d'harmoniser avec le PLU de Caen et autres villes de l'agglo concernant les limites séparatives, un ajout serait utile pour permettre la circulation de petits mammifères  entre les parcelles. Ainsi dans la zone UA, article UA11, sous chapitre ''clôtures'', la phrase « En limite séparative, la conception des clôtures doit permettre le passage d'animaux de petites taille (hérissons, fouines) » aura son intérêt pour l'écosystème.

4 *  Les zones de recul à mettre en place aux abords des lignes électriques à haute tension pour les constructions à usage de logement :
Dans l'état actuel des divergences d'évaluations des effets des champs électro-magnétiques, la législation récente est appliquée, au regard des tensions électriques actuelles. Cependant, le minimum de précaution consiste à considérer la tension la plus forte qui pourra circuler dans ces lignes, et non les 90kv actuels. Déjà, l'une d'entre elles sera raccordable avec le parc éolien envisagé au large du Bessin. Pensons que d'autres projets pourront naître, avec l'essor souhaité des énergies renouvelables, et utiliser ces lignes.
En 1AU1,dans la bande de recul le long des lignes à haute tension, est autorisée une annexe par unité foncière : or une cabane de jardin peut aussi être un lieu ou des personnes passent beaucoup de temps (retraité pratiquant le bricolage, enfants durant les jours d'été par exemple ..). Le danger existe donc, ce qui amène à ne rien autoriser dans cette zone.

5 * La rectification d'une erreur matérielle ? Déclassifier le terrain de la ferme près de l'église, planté de pommiers pour le mettre en zone à urbaniser est une erreur.  Il crée une respiration dans le paysage urbain, entre ''le bourg'' et le quartier dense inauguré en 1994; son classement actuel dans les continuités écologiques a donc un sens. Il est aussi l'un des derniers témoignages du passé du bourg rural. Donner à voir quotidiennement un patrimoine identitaire de la ville qui tend à disparaître (ferme, champ, pommiers, noyer), qui plus est sur le chemin de l'école pour les enfants du quartier du Canada, leur évitera un paysage urbain banalisé par un nouveau lotissement.
 
6 * Dans la zone Object'Ifs Sud, bien que le parc d'activités soit « aménagé et occupé », la suppression dans la zone « de l'interdiction des activités se limitant au stockage » ne risque -t-elle pas de permettre à des entreprises installées, mais amenées à se diversifier, de se livrer aussi à des activités de stockage dans le futur ?


Notre démarche pointe, au travers de cette révision, le risque possible d'une intensification urbaine qui serait préjudiciable à la qualité de vie des habitants actuels et à venir.
Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #1 le: 19 Juin 2019 à 15:25 »
RépondreRépondre

                         Globalement les espaces "verts" existent en nombre non négligeable ; dont  trente deux ha de forêt pour 12.000 habitants, MAIS il faut apprécier notre cadre de vie en relation avec le déroulement de la vie familiale au quotidien.. Quelques m² visibles de son balcon sont un "plus" instantané ; un "square à quelques pas est accessible rapidement (au retour de l'école par exemple). Les décisions doivent prendre ces complémentarités en compte et maintenir les espaces réservés nécessaires.

                        L'intensification urbaine (autrement dit la densification) a deux conséquences négatives :
 
                                - les surfaces imperméabilisées empêchent le retour de pluie vers les nappes phréatiques (l'eau rejoint la mer via des tuyaux!)
                               - les automobiles des résidents accentuent les difficultés de circulation

                 Village devenu ville notre commune doit trouver un équilibre démographique autour d'équipements adaptés en taille et localisation
« Dernière édition: 19 Juin 2019 à 15:50 par andre talpied » Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

SimplePortal Classic 2.0.5