Ecouter cette page
 
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Des terres condamnées à perpétuité...  (Lu 1080 fois) Envoyer par Email Ajouter aux favoris / Partager
Pivard Gilles
Membre
**
Hors ligne Hors ligne


WWW
« le: 28 Novembre 2017 à 23:25 »
RépondreRépondre

Un article intéressant :
Un article du site de L'Agriculteur Normand du 28 novembre 2017 par T.Guillemot sur : http://www.agriculteur-normand.com/actualites/perpetuite-pour-18-hectares-de-tres-bonnes-terres:432LDG7O.html
A réfléchir
 :oGP
Journalisée
Pivard Gilles
Membre
**
Hors ligne Hors ligne


WWW
« Répondre #1 le: 30 Novembre 2017 à 22:48 »
RépondreRépondre

     De surcroit, Ifs et d'autres communes de Caen la Mer se sont portées candidates pour l'implantation du futur Palais des Sports... sur quel espace ? sur quelles terres agricoles ?  Roulement d'yeux
Journalisée
Noelle Le Maulf
Gauche citoyenne
Membre
*
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #2 le: 06 Décembre 2017 à 18:41 »
RépondreRépondre

En tant qu'élus d'opposition Gauche Citoyenne, nous n'avons à aucun moment pu obtenir un vote même consultatif en Conseil Municipal. Pas de débat, uniquement de l'information descendante, des réponses à certaines de nos questions.
Dans la dernière mandature en réalisant le PLU, la Gauche Citoyenne avait réduit les terres à urbaniser  et entre autre sur IFS Bras. C'était près de 40 hectares que nous avions passé de surfaces à urbaniser à surfaces agricoles en espérant même qu'un jour une activité de maréchage Bio s'implante sur Ifs.
20 hectares de terres agricoles sont rayés d'un trait de plume sans que les élus puissent même voter la modification du PLU, c'est l'état qui prend la main sur les modifications qui seront apportées au PLU.
La population n'a pas non plus eu son mot à dire.

Noëlle le Maulf
Conseillère Municipale Gauche Citoyenne
Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #3 le: 11 Décembre 2017 à 16:59 »
RépondreRépondre

                                  Toutes les friches ont-elles été  finement et objectivement analysées? "Caen presqu'ile" qui s'étend sur 600 hectares répond aux principaux critères requis :

       - proximité du tribunal d'instance facilitant les transferts des prévenus,

      - transports en commun (gare SNCF, tram, bus) à proximité facilitant le maintien avec les familles
       
     - valorisation de friches dont la vocation ne sera jamais agricole,

     - hauteur des constructions (miradors) compatible avec un milieu urbain
Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #4 le: 13 Décembre 2017 à 16:35 »
RépondreRépondre

                   A titre d'exemple, ND des Landes était considéré, par les porteurs du projet, comme une évidence qui "boudait" l'étude approfondie d'une autre option et s'appuyait sur des coûts surévalués ou minimisés.(*)
Cette démarche qui consiste à choisir puis justifier (méfions nous des féqsniouz!) n'est pas la bonne. Il convient d'analyser les avantages / désavantages de chaque option en regard des critères pondérés selon leur importance. Un choix, non idéal, mais le plus proche de l'intérêt général peut, alors, conduire au consensus.

(*) cf Ouest-France du 13 décembre 17, page 3.
Journalisée
Alain Gruenais
IDEES
Membre
*
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #5 le: 19 Décembre 2017 à 22:16 »
RépondreRépondre

L’implantation du centre pénitentiaire nécessite une Déclaration d'Utilité Publique, précédée d'une enquête publique (janvier 2018?), et d'une mise en compatibilité du Plan Local d'Urbanisme d’Ifs, impliquant une évaluation environnementale préalable, présentée à ce Conseil municipal.

 Intervention de la Gauche citoyenne

 Nous sommes devant une évaluation environnementale et une mise en compatibilité du PLU,  et les sujets sont nombreux.
Le dossier présente la contrainte, majeure, de la canalisation de gaz pour laquelle la zone des Premiers effets létaux est de 145m de part et d'autre, mais la bande inconstructible n'est que 5,2m de part et d'autre. Il faudra donc que la plaque de polyéthylène de 20 cm qui renforcera la protection soit de très grande qualité pour de très nombreuses décennies !
Puis le risque de remontées de nappe est observé, d'où la préconisation d'absence de sous-sol, ce qui peut régler le souci pour la prison… mais qui repoussera l'eau vers les autres terres !
Des lignes HT passent à proximité, ce qui amènera les personnels et les détenus électro-sensibles à ...« une double peine » !
Pour accepter  le choix d'Ifs par l'Agence de la Propriété Immobilière de la Justice, c'est l'intérêt général qui est mis en avant, afin que la République mette de la dignité dans les conditions de vie en prison. Et l'APIJ s'appuie sur des critères requis ( inscrire un carré d’environ 9 ha, proximité d’une agglomération -accessibilité des services de santé et secours, forces de l’ordre et juridictions, proximité d’un réseau viaire et de transport en commun suffisamment développé; proximité d’une zone viabilisée). Critères que le Pôle Métropolitain Caen-Métropole et la Communauté Urbaine Caen la mer admettent comme des critères objectifs, dans un secteur dit par le SCOT « voué à être urbanisé à l'échelle de l'agglomération ».
Pourtant  un critère est absent qui devient primordial avec le recul préoccupant des terres agricoles, y compris dans notre aire urbaine. Sur les 4 communes concernées par la zone d'étude, la superficie et le nombre d'exploitations agricoles ont baissé de 15 % de 2000 à 2010. La perte prévue du foncier de 19 ha n'est sans doute, comme le dit le rapport, que 0,019% de la SAU totale de la petite région agricole. Mais cela signifie la perte de 204 tonnes de production par an !
Lors de l'élaboration du PLU, le Projet d'Aménagement de Développement Durable a réduit les surfaces à urbaniser dans les 10 ans de 40 hectares (soit de 65 ha à 25 ha ) et inscrit cette zone de limons et de loess dans l'espace agricole à protéger autour du hameau de Bras. Cette délibération annule la moitié de l’effort du PADD !
Par ailleurs, de nombreuses études soulignent l’intérêt de l’intégration des métropoles avec leur périphérie rurale. Maintenir la production agricole près des villes, et l'orienter en agriculture durable avec un Projet Alimentaire Territorial, voilà une priorité désormais de nos institutions pour mettre en place une économie décarbonée, de circuits courts  entre production et consommation. 
 
De ce point de vue, la disparition, à Ifs, de plus de 17ha d'excellentes terres agricoles  n'est pas le bon choix. Une évaluation environnementale ne peut le taire ou le monnayer.
Nous voterons un avis négatif, refusant en particulier, la modification de la zone A au profit de la zone 1AU à vocation pénitentiaire (1 AUp) sur une surface de 17,3 ha.
Plus globalement, le critère ''densification ou renouvellement des tissus urbains'' est à intégrer au premier chef dans la recherche de sites liés aux métropoles urbaines.
votes 12 contre 20 pour
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

SimplePortal Classic 2.0.5