Ecouter cette page
 
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Faites ce que je dis...pas ce que je fais!! (la valeur de l'exemple)  (Lu 1116 fois) Envoyer par Email Ajouter aux favoris / Partager
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« le: 12 Juillet 2019 à 12:02 »
RépondreRépondre

Lu, hier, dans le même quotidien :

                        -page 3 : Le gouvernement part à la chasse au gaspillage....

                         - page 4 : Pour rester connecté à la vraie vie,le président de l'assemblée nationale a organisé des dîners en grande pompe.

Est-ce l'image d'une République exemplaire tant prônée par les nouveaux élus?
Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


« Répondre #1 le: 16 Juillet 2019 à 17:08 »
RépondreRépondre

Ben voilà, il a démissionné, M. de Rugy. En déposant plainte pour diffamation...
Ce sont les travers de la démocratie représentative. Plus on concentre de pouvoirs entre les mains de qq uns, plus le risque de dérives augmente.
Comment faire alors ? mettre en place des instances de démocratie directe et de contrôle, rétablir le mandat impératif, utiliser les référendums d'initiative citoyenne, quel que soit leur nom, voire revenir à la pratique de l'ostracisme utilisée par les inventeurs grecs de la démocratie (au Vè siècle avant notre ère...), même si le bannissement n'a plus grand sens aujourd'hui.
Tâchons de nous en souvenir lors des prochaines échéances électorales. Tous ces dispositifs sont plus aisés à mettre en place dans de petites communautés, si vous voyez ce que je veux dire...
« Dernière édition: 16 Juillet 2019 à 17:36 par Gilles GENEVIEVE » Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


« Répondre #2 le: 16 Juillet 2019 à 17:35 »
RépondreRépondre

J'ajoute cependant que je n'en démordrai pas : notre ennemi, l'ennemi des gens modestes aux bouclages de budgets difficiles et nécessairement pleins de renoncements, ce ne sont pas les hommes (et femmes) politiques, a priori. Même payés 20000 € par mois, politiques et grands fonctionnaires coûtent moins à la nation, prennent moins d'argent dans notre poche que les multi-milliardaires de la finance internationale, dont les revenus dépassent parfois le million d'euros mensuels. (Et ce ne sont que de petits joueurs. Pour mémoire, Bill Gates, le dirigeant le mieux payé au monde, aurait gagné 75 000 000 € entre juin 2018 et juin 2019..., 7 000 000 par mois)
Mais pour prendre la mesure, un million, c'est 20000 multiplié par 50. C'est comme si on mettait sur le même plan un smicard et un nanti qui gagne 50000 € par mois.  Il y a quand même une différence d'échelle.

Ca n'excuse rien ni personne, et il n'y a souvent pas loin de la grande finance à la politique, comme le prouvent, au hasard, le cas d'un certain Emmanuel, ou celui d'un certain Donald (pas le canard, - encore que... -, l'autre)... Mais, en politique comme ailleurs, il faut se méfier de l'arbre qui cache la forêt. Le maitre mot, ici aussi, est "hiérarchisation".
« Dernière édition: 17 Juillet 2019 à 10:53 par Gilles GENEVIEVE » Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


« Répondre #3 le: 18 Juillet 2019 à 00:57 »
RépondreRépondre

Parfaite illustration de votre titre, André, M. De Rugy s'enfonce. Il a dit aujourd'hui regretter une "erreur, payée au prix le plus élevé, et le plus cruel". (après avoir nié, après avoir dit être allergique au homard alors qu'il en faisait l'éloge dans des tweets retrouvés par des internautes...). Il a jouté : "L'écologie et la solidarité ont marqué ma vie". Solidarité avec qui ? avec sa femme, ses enfants et ses potes ? peut-être pas avec ses concitoyens, simples contribuables qui ne sont pas dignes de fréquenter les palais de la République et de faire bombance dans de la vaisselle d'aristocrates. Non, ceux-là, qu'ils se contentent de régler la note...
Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #4 le: 18 Juillet 2019 à 17:17 »
RépondreRépondre

        Par delà les turpitudes individuelles, ce qui inquiète c'est l'absence d'une continuité gouvernementale en faveur de l'environnement. Au cours des douze dernières années, onze personnalités se sont succédées à la tête d'un ministère qui n'a jamais pu s'imposer face à ceux de l'économie ou de l'agriculture.
       Perspective aggravante : la nouvelle ministre ne cache pas sa préférence pour l'avion et la route, au détriment du rail.
Le chef de l'Etat doit entendre le message émis lors des élections européennes. Une feuille de route et des arbitrages (sortie des pesticides, ferroutage...), s'imposent
                                  Nous sommes tous concernés.Les billets de banque ni les lingots d'or ne sont comestibles
Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


« Répondre #5 le: 18 Juillet 2019 à 23:46 »
RépondreRépondre

Pas de continuité, non. En matière d'environnement, je pense que les gouvernements successifs, depuis que la conscience écologique et l'écologie politique existent, les gouvernements, tous, se sont contentés de naviguer à vue, en parant au plus pressé, en faisant taire les arguments fondés des (vrais) écologistes en leur donnant des os à ronger, en écoutant les lobbies, voire, peut-être, en empochant dessous de table et pots-de-vin.

Je re-re-re-radote, mais la vraie maladie de notre monde, c'est qu'il est basé sur le profit : corruption, cadeaux aux copains, pouvoir démesuré des groupes de pression, on en revient toujours au même. Notre monde est malade du goût pour les richesses, et pour le pouvoir, l'un et l'autre étant intimement liés. En ce sens, le cas de Rugy dépasse le niveau de la turpitude personnelle pour prendre valeur de symptôme. En ce sens encore, si la cause ultime est là, ce goût pathologique qui transforme notre société en "frictature", les mesures prises ne seront que des mesurettes. Point de salut, à mon sens, en dehors d'un changement total de système. Ce qui n'empêche pas de se battre, ici ou là, probablement.

Les choses évoluent, bien sûr. L'opinion publique, si peu consultée, devient progressivement plus consciente de l'état du monde. La question qui se pose désormais est la suivante : cette prise de conscience sera-t-elle assez radicale pour que notre planète demeure habitable pour un nombre suffisant d'être humains ? A vrai dire, je commence à en douter.
« Dernière édition: 18 Juillet 2019 à 23:51 par Gilles GENEVIEVE » Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


« Répondre #6 le: 27 Juillet 2019 à 12:46 »
RépondreRépondre

[Suite du précédent message] Je suis plutôt d'un naturel optimiste. Mais là, plus le temps passe, plus je me dis qu'il y a des risques pour qu'il soit trop tard.

A preuve, cette vidéo, Contaminations : « J’ai vu combien la Terre est petite et malmenée », issue de la très bonne série de petits documentaires Youtube présentés par le journal "Le Monde" :

https://www.youtube.com/watch?v=K-DglFrPz7A
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

SimplePortal Classic 2.0.5