Ecouter cette page
 
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Hommage à Pierre Yves Osouf, tisseur de vie collective dès les années 1960/70 !  (Lu 1249 fois) Envoyer par Email Ajouter aux favoris / Partager
Alain Gruenais
Membre
**
Hors ligne Hors ligne


« le: 16 Avril 2020 à 09:22 »
RépondreRépondre

Pierre Yves Osouf est décédé le 8 avril, suite à de graves difficultés respiratoires qui l'affectaient depuis plusieurs années. Connu et apprécié des Ifois, il a mis ses compétences au service de nombreuses activités dans la commune au cours des 50 ans passés.

Né en 1933 dans une famille ouvrière de la Butte à Caen, il  reste marqué par la guerre, les difficultés de l'Occupation, les combats de juin-juillet 1944, le départ mi-juillet 44 vers la Mayenne.
Après son apprentissage de mécanicien-ajusteur à l'école de la SNCF, il travaille ensuite à la SMN, au service de chemins de fer. Il conduit tous les engins, du buldozzer de ses débuts pour remblayer la zone du port SMN ( et avaler des tonnes de poussière) jusqu'aux locomotives de toutes puissances, expert  en engins de levage pour remettre sur rails des wagons lourdement chargés de briques, de rails ou de poche d'acier (90t).
Il lui'' en est arrivé de toutes les couleurs'' : par ex, nivelant la cour des dépôts avec son engin à benne, à chaque passage, la benne se relèvait au même endroit. C'était un gros obus... resté à l'envers, ce qui a évité l'explosion ! Et des obus, il en a déterré des tas dans l'usine !

 Efficace et discret, apprécié de tous pour ses qualités humaines et ses compétences, il a laissé d'excellents souvenirs aux jeunes qu'il a formés et à ses compagnons de l'usine.

En avril 1956, il épouse Raymonde et demeure désormais près de l'église du Bourg d'Ifs.
Trois enfants naissent au foyer.
Actif au Comité des fêtes, l'une des rares associations qui animent alors la vie des 3 500 Ifois, il participe, en 1969 à la création du Photo-Ciné-Club Ifs, à l'organisation de la première collecte de sang ; les 70 donneurs fondent ensuite l'association des donneurs de sang, avec la collecte chaque trimestre.

Au Photo-Ciné-Club Ifs, il est membre du bureau mais surtout de toutes les tâches manuelles, pour créer des locaux adaptés comme lors des nombreux salons (culturel en 1972, artistique en 1973, photographiques internationaux annuels à l'Hôtel de Ville de 1980 à 1984).
C'est également, en 1982-83, dans l'aventure en équipe de dix projections diapos sur le Caen d'avant guerre à Ifs, Mondeville, Epron et Caen, Pierre utilise une technique de projection des 314 diapos en fondu-enchaîné en synchronisant 2 projecteurs. 
En 1984, il aide à l'installation du Conquérant Caen Club Photo.

 Au Comité des Jumelages, de 1992 à 2012, dont 10 ans au sein du Conseil d'Administration, l'aide  de Pierre est précieuse. Nos amis allemands lui rendent hommage aujourd'hui, en tant que l'un des pionniers du Comité avec ses amis de Niederwerrn, Ferdinand et Brigitte Polland (tous deux décédés depuis), montrant ainsi sa grandeur d'esprit et de fraternité. 40 ans après la guerre, voir Ferdi, l'Allemand, et Pierre, le Français, s'embrasser fut un bel exemple d'humanité !
Lors de son départ du CA, on lui rappelle affectueusement les surnoms de « Pierrot la bricole, Macgyver, ou Monsieur Solution »   car «  à chaque problème technique, Pierre propose et réalise les solutions : spatules pour  tourner les crêpes, boîtes pour les crêpières, fléchages en bois pour le marché de Noël, porte-drapeaux, lettres pour banderoles, écussons sur bois des trois villes jumelées.... Et toujours le premier levé pour apporter les matériels à la foire au greniers, au marché de Noël  avec sa fidèle remorque !!!! »

Une des mémoires actives du passé de la commune, il  s'implique dans le Groupe Patrimoine à partir de 2011. Il parlait de l'histoire de la commune avec une mémoire étonnante eu égard à son âge. Il aimait transmettre, en particulier auprès des jeunes,  en témoignant du drame de la guerre, de la résistance de son père cheminot, des rigueurs de l'après guerre  et de l'urbanisation qui transforma le bourg rural en ville. Chaque 6 juin, il ornait sa maison des drapeaux Alliés, confectionnés de ses mains.
Enthousiaste, convaincant, attaché au collectif, il était aussi apprécié pour son sens des formules. Ainsi, lors du 70è anniversaire de la bataille de Normandie, ses récits de moments de vie, imagés et plein d'humour captivèrent les auditoires.

Affecté par le décès de Raymonde en décembre 2016, diminué par la maladie, Pierrot aimait sortir dans la ville, et sur les chemins de la forêt qu'il a vu grandir, ce que son engin électrique lui permettait.

Il était un travailleur de l'ombre avec toute la discrétion d'un homme sage et humble.
Pierrot n'a jamais essayé d'être dans la lumière; il a fait tant de choses pour se rendre utile à la société avec altruisme. Pierrot homme de contact aimait tout le monde, ami fidèle d'une honnêteté sans faille. Ceux qui le pleurent restent très heureux d'avoir été son ami.
Ses engagements bénévoles très concrets et responsables ont grandement contribué à la qualité de vie associative dans notre commune.

Qu'il en soit très fortement remercié !
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

SimplePortal Classic 2.0.5