Ecouter cette page
 
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Qui sauvera l'autruche?  (Lu 3214 fois) Envoyer par Email Ajouter aux favoris / Partager
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« le: 13 Octobre 2020 à 17:59 »
RépondreRépondre

                              Depuis quatre ans, je suis le feuilleton EPR relaté par Ouest-France

. Quelques titres évocateurs
:- 01-04-2017:  "Défauts de l'EPR. Areva et EDF savaient dès 2005"
- 02-07-2017:  "Il faudra changer le couvercle"
- 23-06-2017"   EPR le manque de transparence d'EDF et Areva"
-12-10-2017     " Cuve de l'EPR: le feu vert de l'ASN (mais le couvercle ne peut être utilisé au delà de 2024).
- 23-02-2018   " EPR et maintenant un problème de soudures"

                               En nous limitant à 2019-2020, nous lisons près de trente articles dont:
-07-02-2019    " EPR des anomalies sur le système de sauvegarde
- 17-03-2019     "ASN: la filière nucléaire doit se ressaisir (on évoque la perte de savoir faire)
-22-06-2019     " François de Rugy, ministre, doute de la compétitivité de l'EPR
-29-10-2019      " Flamanville: réveil brutal de l'Etat actionnaire (sous traitance à des groupes n'ayant pas toujours la compétence)
28-03-2020      " Report du délai de mise en service de l'EPR"
03-06-2020      " Nucléaire: un recul de la rigueur en 2019 (surveillance de certaines opérations de soudage"

                   Sans tomber dans le catastrophisme, ce cheminement chaotique devient inquiétant devant une obstination qui se traduit par l'autorisation de l'arrivée du combustible (OF de ce 13-10-2020).

La situation ne semble pas préoccuper la Région. Les municipalités ne devraient elles pas prendre le relais en exigeant un audit clair et complet afin d'informer leurs administrés?
Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #1 le: 13 Mars 2021 à 19:11 »
RépondreRépondre

    Triste anniversaire : il y a dix ans, à Fukushima, le tsunami mettait hors service le système de refroidissement, entraînant la fusion du réacteur et la surchauffe de la piscine de désactivation. C'était un accident de niveau 7

     Pour mémoire :
          - en mars 1971, à Three Mile Island, les pompes du circuit de refroidissement tombaient en panne. Une partie du réacteur a fondu (accident de niveau 5).
          - en avril 1986, à Tchernobyl, l'augmentation incontrôlée de la puissance provoquait l'explosion du réacteur (accident de niveau 7).

       En France, le feuilleton continue :
           27-10-2020: "A l'EPR , l'arrivée des premiers combustibles",
           10-11-2020: "Encore un incident" . On apprend qu'en novembre la régulation de la pression du circuit primaire a posé problème
           07-12-2020 : "Des failles dans la sécurité de l'EPR ? (accès aux documents)
          16-01-2021 : "Des joints défectueux détectés tardivement"

    Le 25 février, Ouest-France le rappelle : Nucléaire ou Renouvelables, un jour il faudra choisir.

Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #2 le: 27 Avril 2021 à 18:18 »
RépondreRépondre

           Avril 1986, il y a 35 ans, le réacteur n° 4 de Tchernobyl échappait au contrôle des techniciens Ukrainiens et explosait..

    RMC a diffusé un reportage , hier soir ( à revoir en "replay") qui relate les séquences de cette catastrophe et ce que fut l'attitude de nos dirigeants en matière d'information et de protection de la population.

    Le SCPRI, chargé de la protection contre la radioactivité, nous assurait que "les niveaux de radioactivité ne montraient aucun risque" et des ministres renchérissaient à la télévision !! Ils ont minimisé la pollution au césium 137 (1) et les "coïncidences"avec des pathologies de la thyroïde.

    Ces manquements coupables ne doivent pas se reproduire. Nous devons donc continuer notre vigilance et poser nos questions :
                   - s'il faut prendre une pastille de saturation deux heures avant une exposition à l'iode 131 (2)
                             - qui nous avertirait?
                             - qui distribuerait?
                             - quelle population serait concernée?

                   - connaissant les imperfections décelées sur l'EPR en construction
                            - quel est le devenir de la cuve et de son couvercle?
                            - quelle fiabilité dans les soudures qui seront réparées?

Comte tenu de la lenteur de la transition énergétique, nous aurons recours au nucléaire pendant de longues années. Nous avons besoin d'informations claires, périodiquement actualisées.

         (1) principale source de contamination du sol, puis passe dans la chaîne alimentaire
         (2) se fixe sur la thyroïde (dont les cancers se sont développés autour de Tchernobyl.

« Dernière édition: 27 Avril 2021 à 18:23 par andre talpied » Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


WWW
« Répondre #3 le: 30 Avril 2021 à 12:35 »
RépondreRépondre

Pour faire suite à vos légitimes et inquiétantes questions, André, et pour les contextualiser, je me demande si cette question de la production d'électricité ne devrait pas être liée en permanence à celle de la consommation de cette même énergie. De ce point de vue, je m'inquiète, ce n'est pas nouveau, de la mise en avant de la traction électrique, dans le domaine des transports, non seulement pour les autos particulières, mais aussi pour les trains, les trams et autres modes : trottinettes, vélos, camions, avions, bientôt, peut-être. Autrement dit, quel choix aurons-nous, dans 20 ou 30 ans, si la majorité de nos transports requiert impérativement d'avoir recours à l'électricité ?
Question dans la question, notre fibre écolo, - qui réclame à juste titre peut-être moins d'énergies carbonées et moins d'émissions de particules dans les villes (dont on sait par ailleurs que, à la louche, seule la moitié est due au moteur des véhicules, le reste étant commun à tout ce qui roule : particules issues de l'usure des pneus, des freins, de la chaussée...) - notre fibre écolo, donc, peut-elle s'accommoder de voir une partie de nos impôts destinée à aider et à promouvoir, j'allais dire honteusement, la filière des transports électriques ?
Certes, je n'ai pas de solution, à part l'idée de rouler moins. Hydrogène ? Aux plus calés que moi de se prononcer. Mais ces mannes sorties de nos poches et déversées pour soutenir le développement des transports électriques me laissent un goût amer, car je crains qu'on ne nous dise, un jour pas si lointain : face à la demande, pas d'autre solution que de développer (encore...) notre parc nucléaire. Nous aurions payé deux fois, contraints et forcés, de nos propres deniers, les usines de mort que risquent de devenir les EPR et autres joyeusetés techno-atomiques.
« Dernière édition: 30 Avril 2021 à 12:37 par Gilles GENEVIEVE » Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #4 le: 30 Avril 2021 à 15:45 »
RépondreRépondre

      De fait production et consommation sont liées ; l'électricité n'étant qu'un moyen de transport et de conversion de l'énergie..Il faut travailler sur deux axes :

   L'économie: individuelle et collective
          Isolation, comportement (le robinet que l'on ferme, la lampe que l'on éteint,  covoiturage,...), ferroutage.... A noter que l'optimisation des transports devrait être précédée d'un véritable plan d'aménagement du territoire. Faut il continuer de travailler dans des mégapoles dont le coût des logements oblige à passer des heures dans les transports?

   Le choix des sources:
           Une proposition de programmation de la transition énergétique a été élaborée mais je ne sais pas quelle suite lui a été donnée. Il faut une "feuille de route"concrète proposant de façon pluriannuelle la part que prendrait chaque source (nucléaire, hydraulique, éolien, solaire....)

Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


WWW
« Répondre #5 le: 30 Avril 2021 à 18:49 »
RépondreRépondre

Effectivement, et c'était le sens de mon précédent message, en économie, (comme en médecine, probablement) tout est lié. Seule une approche holistique des systèmes est à même de fournir une analyse pertinente de la situation et, partant, de suggérer des solutions et des remèdes à nos maux. De ce point du vue, je souscris complètement à ce que vous dites de l'aménagement du territoire. On nous a vendu un urbanisme de type américain (chacun sa maison plantée au milieu d'un lopin de terrain), dont le concept a été développé notamment dans des villes comme Los Angeles, dans les années 1920-30. Il suffit de regarder la morphologie des villes européennes  jusqu'au début du XXème siècle (les parties anciennes du centre de Caen, par exemple) pour voir que les choses étaient bien différentes, en France, avant le milieu du même siècle. Le corollaire de ce modèle d'importation est une extension sans fin des banlieues contraignant à se déplacer non seulement pour travailler, mais aussi pour subvenir à tous ses besoins : relations amicales et familiales, loisirs, achats... La banlieue à perte de vue (Los Angeles s'étale sur plusieurs dizaines de km) impose la bagnole. Même la conception de réseaux pertinents de transports en commun devient une gageure. Et la généralisation de la bagnole autorise l'extension des banlieues, l'éloignement des lieux de travail, etc. Un vrai cercle vicieux. 
Reste à savoir si ce modèle nous a été sciemment mais sournoisement imposé, par le biais de la propagande américaine dont le cinéma est l'un des vecteurs, pour nous vendre des automobiles et les carburants qui vont avec...

NB : je vis, évidemment, dans un pavillon, et j'en suis satisfait.
Journalisée
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #6 le: 17 Mai 2021 à 17:27 »
RépondreRépondre

suite du "feuilleton :
la lecture de Ouest- France ne rassure pas
 - 18-03 les sources d'alimentation électrique de secours du réacteur 1 de Flamanville  sont restées indisponibles plus d'une heure
  -23-03 : huit soudures , situées dans la traversée de l'enceinte de confinement de l'EPR seront réparées par un robot Au total ce sont près de cent soudures qui doivent être reprises. Les problèmes ont été détectés en 2018. Le 3 mars EDF avait déclaré à l'Autorité de Sûreté Nucléaire des problèmes sur trois piquages de raccordement au circuit principal
 - 27-03 anomalie au niveau des grappes de contrôle qui permettent de piloter le réacteur n°1 de Flamanville
 - 17-04 détection tardive d'une panne sur une vanne d'alimentation en eau des générateurs de vapeur du réacteur 1.de Flamanville

Pendant ce temps:
            - Fukushima va rejeter , dans le Pacifique l'eau filtrée ( le tritium sera dilué !!)  
             - la transition énergétique se poursuit . Deux barrages sur la Sélune disparaissent. On ne peut pas tout avoir à la fois. Nous perdons 25 GW mais les poissons migrateurs sont heureux.

Dernière nouvelle: A Flamanville , la centrale  nucléaire de la Manche, a retrouvé ses pleines capacités après de longs mois d'arrêt
                  
« Dernière édition: 17 Mai 2021 à 17:37 par andre talpied » Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

SimplePortal Classic 2.0.5