Ecouter cette page
 
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Plus écolo que moi....tu meurs  (Lu 846 fois) Envoyer par Email Ajouter aux favoris / Partager
andre talpied
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« le: 17 Février 2020 à 12:57 »
RépondreRépondre

                                                           Etre écologiste est un mouvement très important de ce siècle.
Certes, il n'existe pas de monopole en la matière, mais certaines conversions ont pris beaucoup de temps !!!!
                  Il ne suffit pas de déclarations "pour suivre la mode" ; il faut s'impliquer et soutenir celles et ceux qui ont alerté, depuis des années, contre les risques que notre société de consommation fait courir à la planète.
                 C'est une culture et c'est aussi une multitude d'actions concrètes (par ex : revégétaliser, encourager le maraîchage...)
J'abrège pour aller m'occuper de mon composteur  Sourire
Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


WWW
« Répondre #1 le: 20 Février 2020 à 13:23 »
RépondreRépondre

C'est compliqué d'être écolo !. Maraichage, compostage, tri des déchets, oui, bien sûr. Je pense que ça n'est pas contestable.

Mais les transports ?

Lu récemment :

"la fabrication des batteries d’une voiture électrique émet en CO2 l’équivalent de 50 000 à 100 000 km parcourus en voiture essence : il faut 10 à 15 ans avant que la voiture électrique commence à devenir moins émettrice" ...

sans compter que

"près de la moitié des particules fines émises par une voiture provient des plaquettes de frein, des pneus, et du goudron"

Mais

les diesels récents sont accusés de procéder à des nettoyages intempestifs de leur filtre à particules, ce qui les place au delà de toutes les normes, dans ces phases.

Et la production d'électricité ?

"les éoliennes ne permettent pas de baisser les émissions de gaz à effet de serre car en France, 90% de notre électricité est déjà dé-carbonée (nucléaire et hydraulique)."

ou encore

les infrasons qu'elles émettent auraient "des conséquences désastreuses sur la santé humaine"

et

on ne sait pas bien prendre en charge la fin de vie des éoliennes : "Le socle de béton, c'est 1.500 tonnes de béton armé qui ne sont jamais enlevées ; le mât est éventuellement recyclable, mais les pales ne sont pas recyclables et on les enterre dans des immenses décharges" ...

La seule façon vraiment évidente d'être écolo, c'est de consommer MOINS : moins d'énergie, moins d'eau, moins de viande, moins de vêtements... Ce qui, dans un monde où tout le monde ne parle que de croissance, emploi, développement, ne va pas sans poser problème !
« Dernière édition: 20 Février 2020 à 18:23 par Gilles GENEVIEVE » Journalisée
Denis LECLERC
Membre
****
Hors ligne Hors ligne


« Répondre #2 le: 24 Février 2020 à 14:58 »
RépondreRépondre

En effet, c'est compliqué :

Je suis bien d'accord, la seule énergie réellement propre est celle que l'on ne consomme pas.
De plus en plus de gens passent de plus en plus de temps à échanger grâce aux ordinateurs, aux téléphones portables, sur les réseaux sociaux, en partageant des fichiers stockés dans des "data centers" qu'il faut alimenter en permanence en électricité pour qu'ils fonctionnement, et les refroidir, presque toujours grâce à l'électricité. Les mêmes centres de stockage sont plein de boites électroniques elles-mêmes pleines de fichiers inutiles et multipliés à l'infini. La quantité d'information échangée est catastrophique pour l'environnement,, y compris pour inciter à le protéger. Paradoxe.
Il va falloir communiquer moins, et mieux, ce sera peut-être là le point le plus difficile à faire admettre.
Quant aux éoliennes, pour que le socle en béton ne soit pas un total gaspillage, il suffit peut-être d'envisager que l'on remplacera ladite éolienne sur le même socle...
Pour ce qui est de la voiture électrique, si elle est utilisée en ville ou en périphérie, comme c'est le cas de la nôtre, la conduite est tellement douce (non pas grâce aux conducteurs, mais à cause de la puissance plus limitée) que l'usure des plaquettes et des pneus est très réduite, car l'accélération et le freinage le sont beaucoup.
Quand on sait le nombre de véhicule qui ne parcourent que peu de km par jour, autour et dans les villes, on se dit que malgré ses inconvénients, la voiture électrique a de l'avenir.
Il y a du travail, je crois ....
Journalisée
Gilles GENEVIEVE
Membre
*****


Hors ligne Hors ligne

GG


WWW
« Répondre #3 le: 26 Février 2020 à 01:33 »
RépondreRépondre

Bien d'accord, oui, les "data centers", pour parler français, sont un problème. A notre échelle, supprimer régulièrement les courriels mis à la corbeille, éviter les utilisations "lourdes" des réseaux sont surement des pistes. Mais, là non plus, rien n'est simple, et tout est question d'usage. Donc d'information, voire d'éducation.
Il faudrait regarder de près et comparer :
* l'empreinte d'un mail à celle d'une lettre expédiée par la Poste (même si la grande facilité d'usage conduit à envoyer beaucoup plus de mails que nous n'envoyions de lettres... - Ceci dit, à vérifier, le développement du net a fait chuter, me semble-t-il, les envois de publicités postales, et les sites internet ont quasiment entrainé la disparition des catalogues de notre jeunesse (3 Suisses, La Redoute, ... ManuFrance), ainsi que celle des annuaires papier. Toutes publications dont le coût en arbres, en fabrication, en transport, en distribution et en élimination/recyclage n'était probablement pas négligeable ;
* le visionnage d'un film en VOD face au fait de se déplacer jusqu'à une salle de cinéma, souvent distante de plusieurs km, voire 10, 15 ou plus ;
* les intérêts du télétravail, chaque fois que c'est possible, face à l'obligation de prendre des transports pour se rendre physiquement au boulot ;
* la tenue de vidéo-conférences face à leurs équivalents en "live" qui exigent que chacun se déplace.
Etc.

La difficulté de ce monde, c'est qu'il est de plus en plus complexe. Tout est intriqué. Nos actes n'ont pas nécessairement de conséquences directes sur nous, mais ont valeur de modèle et ont des impacts à l'autre bout du monde (les pays émergents qui sont noyés sous les sacs plastiques que nous leur avons "vendus" alors que nous tentons, nous, à toute force, de nous en débarrasser - les ilots du Pacifique qui sont menacés de submersion à cause des bagnoles américaines, européennes ou des centrales à charbon chinoises, ...) Et cette complexification va s'amplifier. Les progrès techniques s'accélèrent de façon exponentielle, selon la "Loi de Moore", qui veut  que les processeurs doublent leur puissance tous les 18 mois.

Autrefois, disons jusqu'aux générations nées avant guerre (la Seconde), ce qu'on apprenait dans son enfance demeurait valable, peu ou prou, la vie entière (qui était plus courte...). A comparer avec le développement de l'"intelligence" des smartphones, complètement imprédictible il y a seulement 20 ans quand j'ai acheté mon premier tél portable, à une époque où j'avais déjà... une bonne 40aine d'années. Ce qu'il me semble urgent de développer, chez les jeunes et les moins jeunes, c'est une caractéristique essentielle du cerveau et de l'intelligence humains : leur plasticité, leur flexibilité, leur capacité à s'adapter, en permanence, à des contextes nouveaux. Je pense que notre monde ne sera sauvé que si nous y parvenons.
« Dernière édition: 26 Février 2020 à 10:59 par Gilles GENEVIEVE » Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

SimplePortal Classic 2.0.5